LE SERPENT D'OCÉAN

Le "Serpent d'océan" est une création de Huang Yong Ping réalisée en 2012. Elle prend la forme d'un squelette de serpent de mer en aluminium, long de 130 m. Elle est installée sur l'estuaire de la Loire, à Saint-Brevin-les-Pins, en France, dans le département de la Loire-Atlantique.

Les vertèbres du squelette sont mobiles et ondulent au fil du courant et des marées. Le corps se termine par un crâne à la gueule ouverte. L'ensemble est installé à la pointe du Nez-de-Chien, à Mindin, sur le territoire de la commune de Saint-Brevin-les-Pins, à la limite où l'estuaire de la Loire rejoint l'océan Atlantique. Plus précisément, l'installation s'étale sur la zone d'estran. Ce lieu particulier du littoral marin est entre la limite haute et basse de la marrée. La pièce est plus ou moins recouverte et découverte par l'océan, selon les heures et des saisons. À marée basse, il est possible d'en faire le tour à pied. Seule la tête et le haut des vertèbres dépassent à marée haute. L'ensemble est voué à être investi et recouvert par la faune et la flore marine.

On peut voir dans la forme du serpent une évocation de celle du pont de Saint-Nazaire, visible à proximité et dans celle des vertèbres la forme des carrelets, ces filets de pêche emblématiques de la région. Toutefois, c'est sans compter sur l'omniprésence du serpent de mer squelettique dans l'œuvre de Huang Yong Ping.

La symbolique du serpent de mer dans le travail de Huang Yong Ping se pose toujours dans une perspective traditionnelle couplée à une représentation contemporaine. Le site de l'estuaire de la Loire, dernier fleuve sauvage d'Europe à proximité du principal port commercial français est d'une grande cohérence avec la pratique de cet auteur. Celle-ci, empreinte de tradition chinoise et de connotations politiques et symboliques occidentales exploite le zoomorphisme et de symbolique mythologique. Comme souvent, cette création monumentale est réalisée in-situ. Elle invite, simultanément, à la contemplation du paysage et à la déambulation. La figure modernisée du serpent de mer légendaire chinois "Xiangliu" et son alter égo décharné est très présente dans le travail de  Huang Yong Ping. Comme une métaphore de l'économie moderne, cette pièce habite un espace stratégique du littoral français et impose, à travers le vocabulaire plastique de l'auteur, une réflexion aussi bien poétique que culturelle ou politique à l'instar des marées, imperceptibles et inexorables.

Maquette du Serpent d'océan de Saint-Brévin-les-Pins

Share Tweet Send
0 Commentaires
Loading...
You've successfully subscribed to Art Plastique & Appliqué
Great! Next, complete checkout for full access to Art Plastique & Appliqué
Welcome back! You've successfully signed in
Success! Your account is fully activated, you now have access to all content.